Equilibre

Avant d’être enceinte de Justin, je m’étais inscrite à un cours de Self Défense. Et sans trop savoir pourquoi, je sentais qu’il me faisait du bien.

J’ai en moi une part qui aime vivre et recherche plus que tout la douceur, la fluidité, l’écoute… Cette part est plus tournée vers les autres, et bien que par certaines actions (comme par exemple acheter des plantes vertes qui quand je les regarde, je me sens apaisée, je sens de la douceur, de la fluidité, ou choisir des objets beaux, en matières naturelles, douces…) contribuent à nourrir ces besoins en moi, j’observe que j’offre aux autres cette douceur, cette fluidité (apparente) cette écoute inconditionnelle. Bien plus que mes réelles capacités à leurs offrir.

Je me pose alors cette question: serait ce un masque? Ou un manque d’équilibre?

Je me souviens très bien que certaines étiquettes dans mon enfance, qui m’ont été attribuées, m’ont marquées plus que d’autres. Et celle ci particulièrement: « Qu’est ce qu’elle est gracieuse!! »

J’étais à la fois très flattée quand j’entendais ces mots et je me souviens très bien avoir ressenti cette ambivalence, ce goût et cette attirance pour des choses qui auraient pu paraître plus sombres, moins gracieuses, aux yeux des autres. J’aimais beaucoup Mylène Farmer, qui pour moi incarnait cet équilibre entre le doux, la légèreté, la beauté et le sombre, la puissance féminine, la femme libre… Bien plus tard, j’ai aimé des incarnations de cette force, de cette puissance féminine qui étaient à la fois aimées pour leur beauté: L’héroïne de la Bande dessiné de Roger Leloup, Yoko Tsuno. Les héroïnes du manga japonais, Cat’s eyes. Et encore plus tard, dans la série Dark Angel de James Cameroon, Max incarnée par Jessica Alba… Et bien d’autres encore.

Alors quand, la femme que je suis devenue, avec cette grosse valise de croyances, que d’incarner sa féminité était de ne montrer aux autres que son côté le plus doux, le plus gracieux et joli, est devenue maman, je ne me suis jamais sentie légitime dans ma toute puissance maternelle et féminine.

La puissance maternelle et féminine est pour moi un savant mélange de douceur et de force. Un alignement de mes valeurs profondes, un état serein et juste. Une force d’Amour et de bienveillance et aussi de fermeté dans ce qui est précieux pour moi.

Aujourd’hui je m’aperçois que je n’arrive pas à trouver cet équilibre. Souvent cette part prend la plus grande place, et s’affaire à me donner les moyens d’être encore et toujours plus douce, à l’écoute, patiente, bienveillante…envers les autres!!

Et puis, bénédiction certainement, ces derniers temps j’ai eu la capacité de reconstituer, de mettre bout à bout, des pièces d’un puzzle pour reconstituer cet EQUILIBRE.

Quelles ont été ces pièces:

1. J’ai commencé à observer mes humeurs et mes débordements, voir mes accès de colère. Ils sont très puissants et viennent me submerger souvent. J’ai observé qu’ils revenaient en récurrence, par rapport aux phases de mon cycle. J’ai donc noté sur un calendrier pour m’apercevoir, que c’est dans ma phase d’ovulation que ce changement soudain d’humeur arrive. Je suis alors beaucoup moins patiente, très susceptible, très énervée par les bruits, le désordre extérieur…

2. Puis j’ai observé que j’avais très envie de regarder des séries qui montrent des combats. Je me suis mise à regarder la série The Last Kingdom. (série sur les Vinkings et les saxons) Cependant, ce sont essentiellement des hommes qui se battent. Et c’est très trash. Il n’y a pas de morale, de justesse, de valeurs. Ils se battent pour un pouvoir destructeur, des richesses, de la vengeance… Bref, je suis à la fois fasciné et dégoûté par ce que je vois.

3. Lors de mes débordements, j’ai remarqué que la colère se déclenchait chez moi quand je me sens démunie face à une situation. Quand je perds tout pouvoir d’action et de décision.

4. Et puis un matin, alors que je scrowlais sur mon fil Instagram, j’ai eu un agacement amère de ne voir que des comptes parlant maternité, douceur, portage, allaitement, bienveillance… Et bien que je chérisse ces comptes qui m’inspirent, quand il n’y a que ça dans mon champs de vision et d’action… cela devient trop.

Je me suis aperçue que tout ça était lié au manque d’EQUILIBRE. En somme, trop de douceur et pas assez de FORCE. Bien entendu, je ne parle pas de la force destructrice, mais de celle qui porte, soutien, stoppe si besoin. Celle qui donne le cadre, la sécurité, le squelette, l’armature. J’essaie de vous donner des images qui me viennent pour illustrer au mieux ce que je ressens.

Et je me suis rappelé les cours de self défense que j’avais eu envie de suivre. Je me suis rappelé cette attirance pour les héroïnes qui incarnent cette puissance et mon envie (secrète, inavouée…) de leur ressembler.

Et je vais de ce pas nourrir cette autre aspiration par des activités qui me nourriront en profondeur, choisies en conscience. Nourrir cette force, cette puissance, qui sera le tuteur de mon Etre.

Voilà mon petit partage de prise de conscience, dont je suis très fière!! Et heureuse de vous partager. Peut-être et je l’espère, vous guidera vous aussi dans un cheminement de la voie de l’EQUILIBRE. La voie du milieu.

Je vous souhaite le meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *